- Mouvement national des précaires de l'Éducation Nationale -

- Mouvement  national des  précaires de  l'Éducation Nationale -

- Faute simple, grave ou lourde : quelles différences ?

Un·e salarié·e peut être licencié·e pour faute simple, faute grave ou faute lourde, au terme d'une procédure disciplinaire.

Par contre, le·la salarié·e ne peut pas être licencié·e pour une faute légère (sans conséquence sérieuse sur le fonctionnement de l'entreprise).

Les conséquences du licenciement varient en fonction de la qualification retenue par l'employeur.

En cas de litige, c'est au juge de déterminer si le·la salarié·e a commis une faute et s'il s'agit d'une faute légère, simple, grave ou lourde.

 

FAUTE SIMPLE

Conditions

La faute commise par le·la salarié·e ne justifie pas nécessairement la qualification de faute grave. Cependant, elle peut constituer une cause réelle et sérieuse de licenciement. La faute simple peut être reconnue, par exemple, à l'occasion d'une erreur ou d'une négligence commise par le salarié·la dans le cadre de son travail.

Sauf dispense, le·la salarié·e licencié·e effectue son préavis.

À savoir : un juge peut requalifier un licenciement pour faute grave (ou lourde) en un licenciement pour faute simple.

 

Conséquences sur les indemnités de rupture du contrat

Le·la salarié·e licencié·e pour faute simple a droit de percevoir, s'il remplit les conditions permettant d'en bénéficier, les indemnités suivantes :

 

FAUTE GRAVE

Conditions

Manquement aux obligations du salarié qui rend impossible son maintien dans l'entreprise

Le ou les faits fautifs doivent être directement imputables au salarié. La faute grave entraîne le départ immédiat du salarié.

La gravité de la faute est appréciée en fonction des circonstances propres à chaque fait. La faute grave peut être reconnue même si la faute est commise pour la première fois.

En pratique, la faute grave est souvent admise dans les cas suivants :

  • absences injustifiées ou abandon de poste,
  • indiscipline ou insubordination du salarié (refus d'effectuer une tâche de travail prévue dans le contrat),
  • harcèlement, violences ou injures envers l'employeur ou d'autres salariés,
  • vols dans l'entreprise,
  • état d'ivresse pendant les heures de travail.

 

Effet sur les indemnités de rupture du contrat

 

Droits à indemnités de rupture du contrat en cas de licenciement pour faute grave

Type d'indemnité

L'indemnité est-elle due au salarié ?

Indemnité de licenciement

Non

Indemnité compensatrice de préavis

Non

Indemnité compensatrice de congés payés

Oui (si le salarié en remplit les conditions)

 

FAUTE LOURDE

Conditions

Action du·de la salarié·e commise dans l'intention de nuire à l'employeur

C'est à l'employeur d'apporter la preuve de cette intention de nuire. À défaut, la faute lourde ne peut pas être reconnue.

La faute lourde peut être reconnue notamment en cas de concurrence déloyale ou lors d'une grève (par exemple en cas de dégradation, violence, séquestration ou lorsque le·la salarié·e empêche délibérément d'autres salarié·e·s non grévistes de travailler).

 

Effet sur les indemnités de rupture du contrat

 

Droits à indemnités de rupture du contrat en cas de licenciement pour faute lourde

Type d'indemnité

L'indemnité est-elle due au salarié ?

Indemnité de licenciement

Non

Indemnité compensatrice de préavis

Non

Indemnité compensatrice de congés payés

Oui (si le salarié en remplit les conditions)

 

 

Attention : si la faute commise a causé un préjudice à l'employeur, le·la salarié·e peut être condamné·e à le réparer en versant à l'employeur des dommages-intérêts.

 

•• Sources >>>

 

 



10/05/2018

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 814 autres membres